Troisième congrès de la commission des historiens sur la nouvelle conception des mémoriaux avec des représentants d'associations de victimes et d'organisations sociales. Le président, Eberhard Jäckel (troisième à partir de la gauche), inaugure le congrès, février 1992.

La nouvelle conception du Mémorial depuis 1990

Le Mémorial national d'exhortation et de commémoration de Buchenwald (Nationale Mahn- und Gedenkstätte - NMG), inauguré en 1958, avait été conçu comme un monument national de commémoration de la R.D.A., le combat de la résistance des détenus communistes avait été suraccentué, passant en grande partie sous silence que la SS retenait dans le camp de concentration de Buchenwald de nombreux autres groupes de prisonniers : des persécutés pour leur race (Juifs, Sintis Roms), des « étrangers à la communauté » (des soi-disant paresseux, des associaux, des récidivistes et des homosexuels), des Témoins de Jéhovah ainsi que des femmes, forcées de travailler dans les camps extérieurs du camp de concentration de Buchenwald pour l'industrie d'armement. À cela s'ajoutait que l'existence et l'histoire du camp spécial soviétique de Buchenwald étaient largement passées sous silence

Au vu de ces faits, il était nécessaire, après la chute de la R.D.A., de revoir complètement la conception du Mémorial de Buchenwald. En novembre 1989 déjà, des collaborateurs du NMG de Buchenwald développèrent un nouveau concept de travail. En septembre 1991, les nouvelles lignes directrices de la nouvelle conception furent alors formulées par une commission d'historiens, nommée par le ministre des Sciences de Thuringe :

« Autant le camp de concentration nazi que le camp spécial soviétique n° 2 devront faire l'objet d'une commémoration.
L'accent principal devra porter sur le camp de concentration.
Le souvenir du camp spécial n° 2 devra passer au second plan.
Les sites commémoratifs devront être nettement séparés l'un de l'autre.[...]
L'exposition permanente, empreinte de la partialité de l'historiographie de la R.D.A., devra être entièrement repensée et aménagée d'après l'état de la recherche. [...]
Pour l'aménagement ultérieur d'un mémorial du camp spécial n° 2, pour une exposition ou encore une documentation, d'autres démystifications et une recherche à long terme sont nécessaires.[...]
La commission recommande de faire apparaître dans un contexte plus large, grâce à une documentation, les prémices et l'histoire politiques du NMG de Buchenwald 1950-1990, son aménagement par la R.D.A., son utilisation à des fins de propagande d'État et son instrumentalisation politique.  »


Dans une séance ultérieure, la commission recommanda que pour « l'exposition rappelant le camp spécial, un nouveau bâtiment soit érigé. L'édifice devra être plat. Il devra prendre place sur le terrain situé au-dessous du bâtiment de l'entrepôt et de la désinfection, là où le camp confine au champ de tombes. » Également recommandée fut la modification du nom de Nationale Mahn- und Gedenkstätte Buchenwald en Gedenkstätte Buchenwald.

>