En savoir davantage

L'histoire du Mémorial
Vous trouverez des informations sur le Mémorial national d'exhortation et de commémoration de Buchenwald en R.D.A. ici.

Littérature
Volkhard Knigge (Hg.): Versteinertes Gedenken. Das Buchenwald Mahnmal von 1958 (La mémoire fossilisée. Le Mémorial d'exhortation de Buchenwald de 1958 ; version allemande), ici.

Le site d'exhortation

image

Vue aérienne

Sur décision du gouvernement de la R.D.A., la construction du « Mémorial national d'exhortation et de commémoration » débuta en 1954. Jusqu'en 1958, un gigantesque mémorial national vit le jour sur le versant sud de l'Ettersberg. L'aménagement incluait trois grands charniers. Le concept didactique indique au visiteur un chemin de la mort vers la vie : venant du crématoire après avoir traversé le camp, le chemin descend aux tombes avant de monter vers la tour de la Cloche, symbole de la liberté et de la lumière. Au centre se tiennent les combattants communistes allemands de la résistance.

image

Photo : Jürgen M. Pietsch

La porte d'entrée

Ici commence la descente vers les tombes.

image

Photo : Jürgen M. Pietsch

Le chemin des Stèles

Le chemin est bordé de sept stèles, symbolisant les sept années d'existence du camp de concentration et rappellent des scènes de la vie concentrationnaire (sculpteurs : René Graetz, Waldemar Grzimek et Hans Kies ; textes au verso : Johannes R. Becher).

image

Photo : Jürgen M. Pietsch

Les tombes concentriques

Dans des cuvettes naturelles, la SS fit enfouir environ 3 000 morts en mars-avril 1945. Trois des entonnoirs ont été aménagés en tombes concentriques.

image

Photo : Jürgen M. Pietsch

La route des Nations

Le long d'une large route qui relie les tombes concentriques s'élèvent des pylones portant le nom de 18 nations.

image

Photo : Jürgen M. Pietsch

Le groupe de statues du mémorial

Les larges escaliers au revêtement clair montent vers un groupe de statues de Fritz Cremer, célèbres dans le monde entier (restaurées en 2002-2005). Elles sont dédiées au combat de la résistance dans le camp.

image

Photo : Peter Hansen

La « tour de la Liberté »

À l'intérieur, sous une plaque de bronze : de la terre et des cendres en provenance d'autres camps de concentration et lieux de la terreur. La place de rassemblement servait à la R.D.A. lors de manifestations de masse, entre autres comme lieu d'auto-légitimation.

image

Photo : Jürgen M. Pietsch

Le cimetière

Après la libération du camp de concentration mourront encore de nombreuses personnes des suites de l'internement. Quatre cents morts seront enterrés jusqu'en juin 1945 sur le versant sud de l'Ettersberg, du côté de l'ancienne tour de Bismarck dans des tombes alignées. 1 286 urnes, qui se trouvaient dans la cave de la tour et au crématoire, y seront également enterrées. Lors de la construction du Mémorial d'exhortation aura lieu un transfert partiel de sépultures. Depuis 1996, le cimetière nouvellement aménagé cite le nom des morts. Les cendres trouvées au cours de travaux de restauration dans le crématoire en 1997, ainsi que les vestiges d'os remis en 2004 par la collection du Deutsches Historisches Museum de Berlin, ont également été inhumés ici.