Les débats autour des camps spéciaux soviétiques dans l'opinion publique en 1945-1961

Financement : Fondation des Mémoriaux de Buchenwald et de Mittelbau-Dora et Fondation Ettersberg pour la recherche comparative sur les dictatures européennes et leur dépassement

Responsable du projet : Wolfram von Scheliha


Lorsqu'au printemps 1990, la découverte de charniers à Fünfeichen, Buchenwald, Sachsenhausen et d'autres emplacements des camps spéciaux soviétiques en Allemagne (1945-1950) fut rendue publique dans la presse, à la radio et à la télévision, l'opinion publique allemande à l'Est et à l'Ouest était horrifiée. Rares étaient les personnes à avoir été au courant de l'existence de ces « camps du silence », à avoir entendu parler des décès en masse des prisonniers. Passés sous silence, oubliés, refoulés : cela semble être la perception publique des camps spéciaux en cette année 1990.

Dans les publications de l'après-guerre, le sujet ne faisait toutefois aucunement l'objet d'un tabou. Les journaux, les stations de radiodiffusion et les actualités relataient par phases sur les camps presque quotidiennement, non seulement en Allemagne de l'Est ou de l'Ouest, mais aussi aux USA, en Grande-Bretagne et en Suède. La situation particulière de Berlin avait en outre pour conséquence que les journaux imprimés dans les secteurs ouest circulaient aussi librement dans la partie est et à la périphérie de la ville jusqu'en 1948, par la suite de manière restreinte. La force d'occupation soviétique, qui était habituée à un emise au pas stricte de la presse, se voyait à présent confrontée à un paysage de presse relativement pluraliste et se vit forcée de réagir, rien que pour ne pas perdre totalement la confiance de la population dans sa propre zone d'occupation.

Les reportages sur ses « arrestations en masse », « des déportations » et les « camps de concentration soviétiques » intervinrent au printemps 1946, lorsque les relations entre les Alliés commencèrent nettement à se refroidir. Aux reproches répondaient ceux de l'autre côté, qui étaient alors suivis de nouvelles accusations. Une véritable guerre de la presse ne tarda pas à se déclencher, dans laquelle la thématique des camps spéciaux jouait un rôle central : les camps spéciaux devinrent le symbole du système de l'injustice soviétique.

Le point fort du projet de recherche est la récolte et l'exploitation d'articles de journaux parus entre 1945 et 1961 dans la presse nationale et internationale et ayant pour sujet les « camps spéciaux ». De surcroît sont menées des recherches pour trouver du matériel d'archives s'y rapportant et fournissant des éclaircissements sur la politique de la presse et de la propagande des acteurs impliqués.