image

Logo de l'exposition

Conception: Peter Wentzler, Hinz & Kunst, Braunschweig

image

"Ich" (Moi)

Auto-portrait de Franz Ehrlich (1934)

image

"Ohne Titel" (Sans titre)

L'une des planches qui a vu le jour pendant la détention entre 1934 et 1937, soit dans la prison de Zwickau ou celle de Waldheim. Fondation Bauhaus Dessau

image

Foto: Peter Hansen

"Jedem das Seine" (À chacun son dû)

L'ébauche des caractères de Franz Ehrlich pour l'exergue sur la porte du camp de concentration de Buchenwald (1938).

image

Foto: Peter Hansen

Inauguration

Visiteurs dans l'exposition pendant le vernissage le 2 août 2009 dans le Neues Museum de Weimar.

Franz Ehrlich. Un architecte du Bauhaus, résistant et prisonnier concentrationnaire

Une exposition temporaire de la Fondation des Mémoriaux de Buchenwald et de Mittelbau-Dora, en collaboration avec la Fondation Klassik Stiftung Weimar et la Fondation Bauhaus Dessau dans le cadre de l'année Bauhaus 2009, du 2 août au 11 octobre 2009 au Neues Museum de Weimar

Franz Ehrlich (1907-1984), « Meisterschüler » (élève-assistant) du Bauhaus Dessau, designer et architecte, est un membre du Bauhaus dont l'œuvre connaît précisément un regain de popularité ces derniers temps. L'exposition en offre un aperçu bref, mais important. Elle évoque les années de résistance antifasciste, de prison et de détentiond'Ehrlich au camp de concentration de Buchenwald, où il était interné en 1939. L'exposition s'articule de la manière suivante :

« Planches issues de la détention »

Au moment de l'entrée au pouvoir des nazis en 1933, Franz Ehrlich travaille à Leipzig pour les éditions Otto Beyer Verlag et le magazine die neue linie. Malgré la menace d'être arrêté comme des milliers de membres de son parti, il se joint à un groupe de résistance communiste. Avec son arrestation par la Gestapo en 1934 s'achève sa brève carrière professionnelle. Son amie parvient à lui apporter de quoi peindre lors de la détention préventive. Moyens d'affirmation de soi, de nombreuses feuilles voient ainsi le jour, dont plus de cinquante ont pu être préservées tout au long des années de détention.

« À chacun son dû » 1938

Franz Ehrlich fait preuve de maîtrise de soi également dans le camp de concentration. En 1938, le conducteur de travaux SS lui demande de réaliser une ébauche typographique de la devise « Jedem das Seine ». Apposée à la porte du camp, lisible de l'intérieur, elle doit démontrer le droit de la SS de sélectionner et d'assassiner avec brutalité. Ehrlich conçoit les caractères en référence aux maîtres du Bauhaus et à son professeur Joost Schmidt. La typographie se transformera ainsi en une subtile intervention réfutant l'esprit de l'exergue.

Hommage à un anachronique

-273,15 °C = 0 Kelvin est une installation de Nina Fischer et Maroan el Sani sur la maison de la Radiodiffusion de Berlin, Nalepastraße, le chef-d'œuvre de Franz Ehrlich. Dans l'exposition, l'installation donne l'impression d'être un hommage à l'artiste.

Biographie

1907-1926
Deuxième fils d'un mécanicien et d'une femme au foyer, Franz Joseph Ehrlich naît le 28 décembre 1907 à Leipzig-Reudnitz. Il a six frères et sœurs et se rend à l'école élémentaire. Apprentissage d'ajusteur-mécanicien, école professionnelle de la société polytechnique de Leipzig le dimanche et le soir.

1927-1930
Étudiant et collaborateur du Bauhaus Dessau. Cours péparatoire auprès de Josef Albers et de László Moholy-Nagy. Enseignement auprès de Paul Klee, Wassily Kandinsky, Joost Schmidt, Oskar Schlemmer, Wilhelm Ostwald et Fritz Köhn. Représentant estudiantin au 
« Meisterrat ». 1930, diplômé du Bauhaus de l'atelier d'art plastique. 1930, membre du KPD (parti communiste allemand).

1931/32
Collaboration aux ateliers de Walter Gropius, Mies van der Rohe et Hans Pölzig. En 1932, atelier de création « Studio Z » à Berlin avec Heinz Loew et Fritz Winter.

1933
Graphiste publicitaire aux éditions Otto Beyer de Leipzig. Pendant la résistance, co-éditeur de la revue clandestine Junge Garde.

1934-1937
Arrestation. Condamnation en 1935 à trois ans de prisonpour « préparation à la haute trahison ». Détention dans les prisons de Waldheim et de Zwickau.

1937-1939
Camp de concentration de Buchenwald. Kommando de prisonniers « bureau de la construction » (Baubüro). Ébauches et plans de constructions pour la SS. Actif dans la résistance du camp.

1939-1943
Libération de Buchenwald en 1939. Considéré comme « inapte à l'armée » (wehrunwürdig), il est exclu du service militaire. Obligation de travailler au bureau SS de construction de Buchenwald et à l'administration centrale SS « Haushalt und Bauten » (budget et constructions), Berlin.

1943-1945
Bataillon disciplinaire de la Wehrmacht IV/999 à partir d'avril 1943 en Grèce et dans les Balkans. Prisonnier de guerre en Yougoslavie.

1946-1948
Chef de service pour la reconstruction auprès du conseil municipal de la ville de Dresde. Ébauche du premier plan de reconstruction. Plan d'urbanisation du quartier Heller. Reconstruction du Théâtre de Dresde. Membre du SED (Parti socialiste unifié de l'ex-R.D.A.).

1948-1952
Architecte indépendant dans un groupe de créateurs à Dresde. A partir de 1950, directeur technique de l'Union des entreprises nationalisées pour la conception industrielle de Berlin (VVB -Vereinigung Volkseigener Betriebe Industrie-Entwurf Berlin), chargée d'établir des projets et de diriger les travaux de construction d'édifices industriels du premier plan quinquennal de la R.D.A. Démissionne à la suite du « débat sur le formalisme » (Formalismusdebatte).

1953-1961
Direction des travaux et ébauches pour des bâtiments scolaires et universitaires, des studios de radio et de télévision, des hôpitaux, des salles de concert et des musées. À partir de 1957, créateur de meubles pour les ateliers nationalisés d'Hellerau (série d'éléments 602).

1962-1974
Design d'exposition pour des foires internationales en Yougoslavie, à Ceylan, en Indonésie et en Finlande. Architecte commissionné du ministère du Commerce extérieur de la R.D.A. (ébauche et construction de représentations commerciales entre autres à Moscou, Prague, Budapest, Bruxelles, Paris et Neu Delhi.)

1975-1984
À partir de 1979, activité restreinte à Berlin pour cause de maladie. Fin 1980, première exposition : « Franz Ehrlich - die frühen Jahre » (Franz Ehrlich - Les premières années) dans la Galerie am Sachsenplatz de Leipzig.
Franz Ehrlich meurt le 28 novembre 1984 à Bernburg/Saale.