Contacts

La Fondation des Mémoriaux de
Buchenwald et de Mittelbau-Dora

99427 Weimar
Allemagne
Tél. : +49 (0)3643 430 0
Fax : +49 (0)3643 430 100
sekretariat(chez)buchenwald(dot)de

Mémorial du camp de concentration de Mittelbau-Dora
Kohnsteinweg 20
99734 Nordhausen
Allemagne
Tél. : +49 (0)3631 495 80
Fax : +49 (0)3631 495 813
info(chez)dora(dot)de

Gedenkstätte Buchenwald
99427 Weimar
Allemagne
Tél. : +49 (0)3643 430 0
Fax : +49 (0)3643 430 100
sekretariat(chez)buchenwald(dot)de

70ème anniversaire de la libération du camp de concentration de Mittelbau-Dora. Photo: Steffen Beigang

Gestion du camp et missions

La gestion du camp de concentration de Mittelbau-Dora, placée sous la responsabilité de la Fondation des Mémoriaux de Buchenwald et Mittelbau-Dora, est financée pour moitié par l’État libre de Thuringe et l’État fédéral. Le but de la Fondation, selon la loi allemande sur les fondations de l’année 2003, est de « préserver les Mémoriaux comme lieux de deuil et la mémoire des crimes qui y ont été commis, de les aménager sur des bases scientifiques et de les rendre accessibles au public de manière adéquate, ainsi que d’encourager l’étude et la transmission des évènements historiques qui y sont liés. »

Grâce à l’exposition permanente sur l’histoire du camp et aux expositions temporaires, ainsi qu’à une vaste palette d’informations, les visiteurs du Mémorial ont la possibilité d’effectuer une approche de l’histoire du camp de concentration de Mittelbau-Dora de manière très diversifiée. Sur l’ancien terrain du camp, des plaques indiquent les vestiges et leur histoire. Des offres pédagogiques importantes vont des visites guidées de groupe à des projets sur plusieurs jours et des séminaires.

Sur le plan de la teneur, le travail est étayé par la recherche universitaire et celle du Mémorial, basée sur la pratique. Le but du travail sur le contenu est la réflexion critique sur les crimes commis à Mittelbau-Dora, qui se passaient au vu et au su de tous, notamment en raison de la densité du réseau de camps externes. En font partie avant tout les questions relatives à l’imbrication du camp dans son environnement social et aux motifs des coupables et des complices, ainsi que les questions critiques concernant les modèles de justification de l’après-guerre.

Les sections des galeries souterraines, qui sont accessibles dans le cadre des visites guidées et dans lesquelles les prisonniers étaient enfermés et devaient travailler, permettent aux visiteurs de se faire une idée de ce que signifiait le travail forcé dans des galeries. Elles indiquent en outre une autre spécificité de Mittelbau-Dora: l’agrandissement de l’usine souterraine de Mittelwerk était le premier projet des nazis dans la tentative insensée de transférer sous terre la totalité de l’industrie allemande d’armement. Pour tous les autres projets souterrains des dernières années de la guerre, l’usine de Mittelwerk servit de modèle de référence. Enfin, le travail forcé des prisonniers concentrationnaires dans la production de missiles qui devaient causer d’importants dommages et des milliers de morts en Angleterre et en Belgique en tant qu’« armes de représailles », soulève la question de la responsabilité des ingénieurs et techniciens y contribuant. L’histoire de Mittelbau-Dora montre quelles conséquences peut avoir le comportement en apparence uniquement prosaïque et de prime abord apolitique de scientifiques et de techniciens.