Histoire en ligne/Documentaires/Le camp extérieur d'Ohrdruf
Dwight D. Eisenhower (centre) devant une grille faite de rails que les SS avaient fait construire et sur laquelle les cadavres des prisonniers des charniers étaient brûlés, 12 avril 1945. Photo: Moore, U.S. Signal Corps. National Archives Washington

Le 4 avril 1945, des unités de la 3e armée américaine atteignent le camp presque entièrement évacué et y trouvent de nombreux morts. Meyer Levin, l’un des premiers soldats arrivés à Ohrdruf, écrit dans ses mémoires :

« Nous le savions. Le monde en avait entendu parler. Mais aucun d’entre nous ne l’avait vu. Ce matin encore, nous n’aurions pas pu nous imaginer cette vue. Et maintenant, nous avions atteint le centre, l’intérieur grouillant du cœur noir et terrible. [...] Maintenant, nous savions. Cette première expérience anticipa toutes les autres. Bergen-Belsen, Dachau : nous sommes devenus des spécialistes. »

Dwight D. Eisenhower, le commandant en chef des forces alliées, se rend dans le camp le 12 avril 1945. Il écrit :

« Je n’ai jamais été en état de décrire les sentiments qui m’ont submergé lorsque j’ai vu pour la première fois un témoignage aussi irréfutable de la monstruosité des nazis et qu’ils n’avaient eu aucun scrupule à passer outre aux plus simples commandements de l’humanité. Jusqu’à présent j’avais seulement appris qu’il y avait des camps de cette sorte, de tout le reste je n’avais qu’entendu parler. Rien ne m’a jamais autant bouleversé que cette vue. »

Le terrain de manœuvres a été repris en juillet 1945 par l’armée soviétique, le camp nord rasé. Deux monuments commémoratifs de cette époque rappellent les morts. En 1993, le terrain est passé sous la responsabilité de l’armée fédérale allemande.