Vue dans une baraque de l’infirmerie des malades après la libération, après le 11 avril 1945. Photo: U.S. Signal Corps. National Archives Washington

« Parmi ces patients admis et examinés, les signes cliniques les plus répandus étaient la dysenterie, la sous-alimentation et la tuberculose. Au cours des premiers jours, les officiers et les troupes quittèrent les tentes et furent cantonnés dans des bâtiments. Dans le camp de Buchenwald, une cantine fut aménagée pour aider à nourrir les occupants. Les repas consistaient en diètes légères et liquides (par ex. soupes, lait, bouillie d’avoine et viande bouillie). »

Récit du 120th Evacuation Hospital, 10 juin 1945 (extrait)

< >