Photo: Peter Hansen, SGBUMD

Prise de position vis-à-vis des représentants officiels des gouvernements de Russie et de Biélorussie

Déclaration de la Fondation

Dans le cadre de la présentation du programme de cette année à l’occasion du 77e anniversaire de la libération des camps de concentration de Buchenwald et Mittelbau-Dora, le directeur de la fondation, Jens-Christian Wagner, a rendu public que les représentants officiels des gouvernements de Russie et de Biélorussie ne seront pas les bienvenus aux cérémonies commémoratives à Buchenwald et Mittelbau-Dora.

 

Cette décision n’a pas été facile à prendre. Si les représentants officiels de Russie et de Biélorussie ne sont pas les bienvenus aux cérémonies de commémoration du 77e anniversaire de la libération des camps de Buchenwald et de Mittelbau-Dora, cela ne signifie pas pour autant que les victimes des camps de concentration de ces pays ne seront pas honorées, au contraire : elles joueront un rôle central. Nous rappellerons de surcroît, explicitement, que l’ex-Union soviétique a porté avec la Pologne le fardeau principal de la guerre de pillage et d’extermination allemande et que l’on doit aussi en grande partie à l’Armée rouge d’avoir libéré l’Allemagne et l’Europe du national-socialisme.

 

Après la mort violente de Boris Romantchenko, il serait toutefois insoutenable d’accueillir à Mittelbau-Dora et à Buchenwald, le jour anniversaire de la libération du camp, des représentants officiels des gouvernements russe et biélorusse, responsables de sa mort. La guerre d’agression russe contre l’Ukraine menace l’existence de centaines d’autres survivants des camps, nous sommes en contact avec plusieurs d’entre eux. Nous avons donc fait savoir par écrit aux représentations diplomatiques et consulaires de Russie et de Biélorussie qu’elles ne seraient pas les bienvenues aux cérémonies de la Fondation à l’occasion du 77e anniversaire de la libération des camps de Buchenwald et de Mittelbau-Dora.

 

Afin de montrer clairement que nous commémorons toutes les victimes de Buchenwald et de Mittelbau-Dora, notamment les anciens prisonniers russes, biélorusses et ukrainiens qui représentaient 30 % de la totalité des prisonniers, nous déposerons nous-mêmes des couronnes avec des rubans aux couleurs de la Russie et de la Biélorussie. Dans la mesure du possible, les couronnes seront portées par des représentants de la société civile russe et biélorusse. À Buchenwald, une jeune Ukrainienne et une jeune Russe liront en outre dans leur langue respective le passage du Serment de Buchenwald que Boris Romantchenko a lu en 2015 sur l’ancienne place d’appel à l’occasion du 70e anniversaire, et qui s’achève sur cette phrase : « Notre idéal est la construction d’un monde nouveau dans la paix et la liberté ! » Notre démarche n’est donc pas dirigée explicitement contre la Russie et la Biélorussie et encore moins contre la mémoire des victimes des camps de concentration de ces pays, mais uniquement contre les deux gouvernements (ou leurs représentations officielles), qui commettent actuellement des crimes de guerre extrêmement graves ou les tolèrent et qui, de plus, sévissent massivement à l’encontre de l’opposition dans leur pays.

 

C’est en concertation avec des survivants des camps de Buchenwald et de Mittelbau-Dora de plusieurs pays que nous avons pris cette décision. Elle a également reçu le soutien explicite du Comité international de Buchenwald-Dora et kommandos, dont le vice-président ukrainien a été tué lors des attaques russes sur Kharkiv.

 

Retour