Panneau avertisseur sur la clôture du camp extérieur Boelcke Kaserne, avril 1945, détail. Photo : US Holocaust Memorial Museum

Hiver 1944-1945 : début de la dissolution

La phase de dissolution du camp de concentration de Mittelbau commença déjà à la fin de l'automne 1944. Comme les camps extérieurs étaient surpeuplés, mais surtout en raison de l'approche de l'hiver, les conditions de vie se détériorèrent dans tous les camps du complexe, ce qui mena à une forte augmentation du taux de mortalité. Si celui-ci, après avoir culminé en mars 1944 avec 750 morts, était redescendu au cours de l'été de 100 à 150 morts, il remonta en flèche à partir de novembre pour atteindre en décembre le nombre de 570 morts, officiellement enregistrés par la SS, rien qu'au camp d'Ellrich-Juliushütte 500 juste.

Fin 1944, la SS commença à « évacuer » les occupants des camps d'Auschwitz et de Groß-Rosen devant l'avance de l'Armée Rouge vers des camps de concentration situés plus à l'ouest. Nombre de ces convois allèrent à Mittelbau - au total, jusqu'à 16.000 détenus d'Auschwitz et Groß-Rosen y furent déportés jusqu'en mars 1945, parmi eux également des femmes et des enfants. Le nombre des détenus juifs augmenta aussi dans les camps de Mittelbau avec ces convois. La plupart d'entre eux, après des transports en train durant des semaines, étaient malades et complètement exténués, nombreux furent ceux qui ne survécurent pas à ces transports.

La conséquence de ce développement se traduisit par une nouvelle augmentation draconienne des décès. Entre janvier et début avril 1945, plus de 6.000 détenus moururent dans les camps de Mittelbau, 3.000 d'entre eux dans la caserne Boelcke à Nordhausen, qui avait été aménagée depuis le début janvier par la SS comme mouroir central pour le complexe de Mittelbau.