Le camp des prisonniers

Au centre du camp des prisonniers se trouvait la place d'appel. Autour d'elle se regroupaient des bâtiments de fonction comme la cuisine ou la prison du camp. Au-delà, en majeure partie sur le versant et dans la forêt, étaient réparties plus de 50 baraques d'hébergement pour les détenus, dont il ne reste aujourd'hui que les fondations. Seuls le crématoire et le poste d'incendie ont été préservés.

image

La porte du camp

À la différence des autres camps de concentration, le camp improvisé de Dora ne possédait pas de porte massive. Marquant le passage de la zone des SS dans le camp des détenus, un portail en bois était placé entre deux baraques en bois allongées. Dans celles-ci se trouvaient les bureaux de la Gestapo et de la direction du camp. Depuis les années 1970, des piliers en béton marquent l'ancien emplacement de la porte du camp.

image

La place d'appel

Lieu où se déroulait les appels tous les matins et tous les soirs pour compter les détenus. C'est également ici que les châtiments corporels étaient exécutés. Sur un gibet, on procéda à des pendaisons en masse. En 1974, les autorités locales de la RDA aménagèrent la place d'appel en un « Mémorial des Nations » avec un piédestal en béton, un mur en arc de cercle, une vasque et les « Pierres des Nations » entourant la place.

image

La prison du camp

Érigé en 1944, le « Bunker » servait à la Gestapo et aux SS à torturer et à assassiner les prisonniers. En 1952, les autorités de la RDA firent démonter le bâtiment massif en dur jusqu'aux murs de soubassement.

image

Le lieu d'exécution

Entourée de murs, la cour de la prison abritait dans un creux du terrain un lieu d'exécution avec un gibet qui n'était pas visible depuis le camp. Ici, les SS assassinaient en secret les prisonniers qui avaient fait acte de résistance.

image

Photo : Andreas Froese-Karow

La cuisine du camp

Dans la cuisine, les repas trop insuffisants pour les déportés furent préparés. La sous-alimentation était la cause de la mort la plus fréquente. Autour de la cuisine, d´autres bâtiments d´annexe furent regroupés. Les baraques d´hébergement pour les déportés se trouvait à côté dans la zone boisée.

image

Photo : Andreas Froese-Karow

Le bâtiment de l'entrepôt

Le bâtiment servait de magasin d'habillement pous les prisonniers et d'entrepôt pour leurs biens mobiles. Les nouveaux arrivants abandonnaient dans cette maison tout ce qu'ils portaient sur eux et recevaient des uniformes, des matricules et un triangle d'étoffe destiné à l'identification.

image

La baraque du cinéma

La baraque du cinéma, à peine utilisée dans sa fonction d'origine, a servi dans les derniers mois d'hébergement provisoire pour les convois de prisonniers en provenance des camps de concentration d'Auschwitz et de Groß-Rosen. Nombreux sont ceux qui moururent ici.

image

Photo : Andreas Froese-Karow

La clôture du camp

Un système de sécurité infranchissable, constitué d'une clôture et de miradors, entouraient le camp des déportés. Aujourd´hui, l´ancienne tranchée est encore visible dans la forêt.

image

Le crématoire

En service depuis l´automne 1944, environ 5 000 corps ont été incinérés ici. Les SS ont fait déposer leurs cendres sur le versant derrière le crématoire. La chambre d´incinération avec les fours de l´entreprise berlinoise Kori est préservés à quelques détails près. D´autres pièces ont été fortement transformées dans leurs structure au milieu des années 1960 par l´installation d´une exposition sur l´histoire du camp. L´élimination de l´exposition en 1993 a permis de remettre à jour des dessins de prisonniers encore existants sur les murs.

image

Photo : Andreas Froese-Karow

La tome aux cendres

En service depuis l´automne 1944, environ 5 000 corps ont été incinérés ici. Les SS ont fait déposer leurs cendres sur le versant derrière le crématoire.

image

Photo : Andreas Froese-Karow

Carrière de pierres

En décembre 1943, sept « internés militaires italiens » furent fusillés par les SS à cet endroit, en présence d´autres 50 déportés italiens.

image

Baraque en bois reconstruite

Bien que provenant d'un ancien camp de travailleurs forcés de Nordhausen, elle est similaire aux baraques du camp de concentration. Elle sert aujourd'hui de salle d'exposition et de séminaire.

image

Photo : Andreas Froese-Karow

Poste de pompiers

Le bâtiment original fût restauré, assaini et muni d´un nouvel avant-corps. A l´intérieur, il y a une salle de présentation pour les expositions temporaires.

image

Photo : Sebastian Grimm

Une vue générale

Le terrain de l´ancien camp des déportés vu d´en haut.