Aménagement de l'Histoire

Tandis que dans l'ancien camp, pratiquement tous les bâtiments seront systématiquement démolis et éventuellement revendus, un monument commémoratif est parallèlement prévu à 1,5 km, qui devra être visible de loin et rappeler avant tout le combat de la résistance des communistes dans le camp de concentration : l'aménagement du site dont le gouvernement de la RDA avait passé commande et qui sera inauguré en 1958, devait servir à indiquer la voie de la mise en place de la société socialiste aux générations futures. Le monument d'exhortation, autant que l'aménagement de l'ancien terrain du camp, souligne la référence ostensible au Serment de Buchenwald, au président du Parti communiste allemand assassiné à Buchenwald Thälmann, à « l'auto-libération » affirmée, au roman « Nu parmi les loups » et au classicisme de Weimar (« chêne de Goethe »).

Des souvenirs sont partout entretenus, utilisés, refoulés. Cela touche des individus, des groupes, des sociétés et des États entiers. Le monument d'exhortation et l'histoire des Mémoriaux nationaux d'exhortation ont entre-temps fait l'objet d'une recherche et d'une documentation tellement poussées que ces mécanismes peuvent être aisément suivis dans l'exposition correspondante et sur le terrain. En s'appuyant sur l'architecture, sur les lacunes entre-temps remplies dans les récits de l'époque de la RDA, sur des biographies et des comparaisons de l'aménagement d'anciens camps à l'Ouest (Dachau, Bergen-Belsen, Neuengamme), cette approche offre une vaste palette de possibilités, à côté des évènements historiques, de remettre en question leur présentation.