Contact

Si vous êtes intéressé(e) par l'exposition, merci de vous adresser à :

Torsten Heß

Tél. : +49 (0)3631 495 815
Fax : +49 (0)3631 495 813
thess(chez)dora(dot)de

Martina König
Tél: +49 (0)5051 4759 110
martina.koenig(chez)stiftung-ng(dot)de

Date et lieux

Il n' y a pas de dates et lieux prévu à ce moment.

En savoir plus

Littérature
Le catalogue d´exposition est disponible en allemand et anglais:

à l´information visiteurs du Mémorial du camp de concentration de Mittelbau-Dora ici

à la librairie du Mémorial de Buchenwald ici

à la librairie en ligne de la Fondation, la version allemande ici

Drapeau de l'exposition, Photo: Nadine Jenke, Mémorial du camp de concentration de Mittelbau-Dora

Entre Harz et Heide. Marches de la mort et convois d’évacuation en avril 1945

Une exposition de la Fondation des Mémoriaux de Buchenwald et de Mittelbau-Dora et de la Fondation des Mémoriaux de Basse-Saxe

Au cours des dernières semaines de la guerre, les crimes nazis ont pris de l’ampleur, non plus dorénavant dans un Est supposé lointain, mais au cœur de la société allemande. Début avril 1945, alors que l’armée américaine s’approchait par l’ouest, les SS évacuèrent le camp de Mittelbau-Dora dans le Harz. Ils embarquèrent avec précipitation 40 000 prisonniers dans des wagons à bestiaux ou les contraignirent à continuer à pied en direction du nord. Environ la moitié des transports prirent fin au camp de Bergen-Belsen. Des milliers de prisonniers, qui se voyaient déjà libérés, furent assassinés au cours des marches de la mort. Après la fin de la guerre, les Alliés s’efforcèrent d’éclaircir les crimes commis au cours des marches de la mort, tandis que la plupart des Allemands refusèrent d’aborder le sujet.

L’exposition met en évidence l’ampleur de la violence au cours de ces marches et révèle que les crimes furent commis aux yeux de tous. De surcroît, elle évoque le « Kasernenlager » (camp de casernes) à Bergen-Hohne, qui fut utilisé comme camp annexe de celui de Bergen-Belsen pour héberger les prisonniers de Mittelbau-Dora en avril 1945. Plus tard, c’est ici que fut établi le plus grand camp juif de DP (displaced persons) d’Allemagne.

L’exposition présente sous de multiples perspectives les évènements qui eurent lieu au cours de l’évacuation du camp. Les journaux, les témoignages et les dessins d’anciens prisonniers revêtent ici une importance particulière car ils illustrent de manière approximative à quel point l’espoir de la libération proche et la menace de mort imminente étaient intimement mêlés pendant les transports d’évacuation. En même temps, l’exposition révèle l’ampleur de la complicité au sein de la population allemande et que de nombreux Allemands n’étaient pas disposés après la guerre à endosser la responsabilité des crimes commis sur place.