»«

Masques de plâtre

Dans le contexte du début de la guerre en 1939, la « Gauleitung » (direction de l’unité d’organisation régionale, ndt) de Vienne fit interner les Juifs déclarés apatrides dans le stade du Prater. De là, ils furent déportés à Buchenwald. Avant, ils furent toutefois recensés et analysés selon des critères racistes par des employés du département anthropologique du Musée d’histoire naturelle. Des centaines de photos et de masques en plâtre réalisés du vivant des personnes, témoignent de la volonté de classifier les êtres humains d’après des signes caractéristiques externes. Nombreux sont ceux qui, au cours de l’hiver 1939-1940, furent victimes à Buchenwald de la première hécatombe causée délibérément dans un camp de concentration allemand. Naturhistorisches Museum, Vienne