En savoir davantage

Le lotissement des führers SS
Vous trouverez des informations ici.

Le site d'exhortation
Vous trouverez des informations ici.

Le camp spécial soviétique n° 2
Vous trouverez des informations sur l'histoire ici.

Les cimetières

image

Photo : Katharina Brand

La tombe aux cendres

Dans une cuvette naturelle à proximité immédiate du lotissement des führers SS, la SS fera déverser en 1944-1945 les cendres du crématoire. La tombe aux cendres sera redécouverte en 1965, aménagée et inaugurée en 1967 ; plus tard négligée. Après une nouvelle remise au jour en 1993-1994, elle sera dotée des pierres MEMENTO du « bosquet d'honneur » de 1949.

image

Photo : Naomi Tereza Salmon

Les tombes concentriques

Sur le versant sud de l'Ettersberg, la SS fit enfouir en mars-avril 1945 environ 3 000 morts du camp de concentration dans des cuvettes naturelles. Trois de ces entonnoirs furent aménagés en tombes concentriques au cours des années 1950 lors de la construction du Mémorial d'exhortation.

image

Photo: Peter Hansen

Le cimetière de la tour de la Cloche

Après la libération du camp de concentration, nombreux seront encore les prisonniers à succomber aux suites de l'internement. Quatre cents morts seront inhumés jusqu'en juin 1945 sur le versant sud de l'Ettersberg dans des tombes alignées, du côté de l'ancienne tour de Bismarck. 1 286 urnes, qui se trouvaient dans la cave de la tour et au crématoire, y seront également enterrées. Lors de la construction du Mémorial d'exhortation aura lieu un transfert de sépultures. Depuis 1996, le cimetière nouvellement aménagé cite le nom des morts.

image

Photo : Peter Hansen

Des cendres et des vestiges d'os

Dans le cimetière de la tour de la Cloche ont été également inhumés les cendres découvertes dans le crématoire au cours de travaux de restauration en 1997, ainsi que les vestiges d'os remis en 2004 par la collection du Deutsches Historisches Museum de Berlin.

image

Photo : Peter Hansen

Terre et cendres

À l'intérieur de la tour de la Cloche se trouvent de la terre et des cendres d'autres lieux de terreur, camps de concentration et d'extermination nazis. Elles ont été apportées en avril 1954 à Buchenwald dans le cadre d'une cérémonie de commémoration. Les noms des lieux ont été gravés par le sculpteur Waldemar Grzimek sur la plaque de bronze placée au-dessus.

image

Photo : Naomi Tereza Salmon

Le champ funéraire du camp spécial soviétique

Fin 1989, l’existence des champs de tombes abritant les victimes du camp spécial soviétique fut rendue publique. Les charniers anonymesau nord du camp et à proximité de la gare ont été signalés par des stèles d’acieret aménagés en cimetières forestiers. En février 1990, le Mémorial avait fait installer une première croix sur le champ au nord. À cet endroit, un lieu du souvenir individuel a vu le jour avec des croix et despierres commémoratives.