En savoir davantage

La ligne ferroviaire de Buchenwald
Vous trouverez de plus amples informations sur le chemin commémoratif de l'anciennee ligne ferroviaire ici.

« La Percée dans le temps »
Vous trouverez de plus amples informations sur le chemin de randonnée entre le château d'Ettersburg et le Mémorial ici.

L'installation du coup de feu dans la nuque
Pour voir une reproduction de l'installation du coup de feu dans la nuque, cliquez ici.

Le quartier des SS

image

Photo : Naomi Tereza Salmon

La gare de Buchenwald

La ligne ferroviaire vers Weimar, construite en 1943 par des prisonniers, servira tout d'abord à l'approvisionnement de l'entreprise d'armement située à côté du camp. Les trains réguliers pouvaient également être empruntés par la population. À partir de 1944, des personnes en provenance de tous les pays occupés par l'Allemagne seront déportées dans le camp de concentration de Buchenwald, de là vers les camps extérieurs pour y travailler. La gare de Buchenwald était de surcroît le point de départ de convois d'extermination à destination d'Auschwitz, et en 1945, le terminus pour les convois d'évacuation des camps situés à l'Est. De l'usine Gustloff II située à côté et des garages des troupes SS qui se trouvent en face, il ne reste que les vestiges de murs de fondations et de murs. Le terrain n'est pas accessible. La gare du camp est aujourd'hui le but du « chemin commémoratif de la ligne ferroviaire de Buchenwald ».

image

Photo : Katharina Brand

« Le chemin Caracho »

L'accès direct au camp de prisonniers depuis la route et la gare passait par le « chemin Caracho ». Les plus importantes institutions de l'administration du camp s'y trouvaient ; les pompes à essence, des garages et des vestiges de la kommandantur construite en 1938 ont été préservés. Les SS, flanqués de chiens, faisaient avancer au pas de course les convois de nouveaux arrivants jusqu'à la porte du camp.

image

Photo : Katharina Brand

Les casernes des SS

Seules quelques-unes des casernes des formations « SS-Totenkopf » (tête de mort), construites en 1937-1939, sont préservées. Utilisées par le Mémorial, elles abritent aujourd'hui, entre autres, un centre international de rencontres de la jeunesse. Sur l'ancienne place d'armes des SS se trouve le parking avec l'arrêt de bus et juste en face, l'Information visiteurs.

image

Photo : Claus Bach

« Le chemin des sentinelles »

Le chemin d'environ trois kilemètres autour de l'ancien camp de prisonniers suit celui des troupes de sentinelles SS, chragées de la surveillance du camp. La possibilité de voir les villages dans la vallée depuis le camp ou le camp de concentration sur l'Ettersberg depuis les villages démontre que l'existence du camp de Buchenwald n'était pas confinée à la plus totale isolation. Le circuit commence au bâtiment de la porte de l'ancien camp de concentration.

image

Photo : Naomi Tereza Salmon

La fosse aux ours

En 1938, les SS se firent construire à proximité immédiate du camp de prisonniers un site de loisirs qu'ils fréquentaient avec leurs familles. Les structures de l'ancien zoo et la fosse aux ours sont préservées.

image

Photo : Katharina Brand

Les usines allemandes d'armement (Deutsche Ausrüstungswerke GmbH - DAW)

Le terrain des DAW - jusqu'en 1940 ateliers du camp - est limitrophe au camp côté est. Il ne rest que des ruines de l'ancienne entreprise SS, dans laquelle des prisonniers concentrationnaires devaient travailler pour l'industrie d'armement. Une petite partie est accessible par la « Percée dans le temps » Ettersburg-Buchenwald, aménagée en 1998-1999.

image

Photo : Peter Hansen

L'écurie

En 1940, le commandant du camp, Karl Koch, se fait construire un manège avec écurie pour son propre usage. À partir de 1941, il abritera une installation destinée à l'exécution, dans laquelle plus de 8 000 prisonniers de guerre soviétiques seront abattus d'une balle dans la nuque par les hommes de la SS entre l'automne 1941 et 1943-1944. L'installation consistait en une série de salles dans lesquelles on feignait de faire passer un examen médical d'admission aux victimes. Les cadavres étaient transportés au crématoire dans des bacs galvanisés depuis le côté est du bâtiment. L'installation fut démontée avant la libération du camp, l'écurie démolie après 1945. Une maquette de l'installation du coup de feu dans la nuque se trouve dans l'annexe du crématoire. En face de l'écurie, des vestiges du manège sont préservés.

image

Photo : Peter Hansen

La carrière

La carrière de meulière livrait le matériau de construction pour les bâtiments et les routes et était à la base de la création du camp sur l'Ettersberg. Le travail dans le carriére faisait partie des plus pénibles. Nombreux sont les prisonniers qui moururent des mauvais traitements ou furent abattus par les SS dans la carrière.

image

Photo : Katharina Brand

Le lotissement des führers SS

En 1937, les führers SS se firent construire des villas confortables dans le style de la région sur le versant sud de l'Ettersberg. Quelques fondations remises au jour du lotissement des führers SS sont préservées. À proximité du lotissement, les SS ont aménagé en 1938 une fauconnerie qui était également ouverte au public. Dans la maison du fauconnier ont été emprisonnés, entre autres, à partir de 1943, les anciens présidents du Conseil des ministres français Léon Blum et Édouard Daladier.