En savoir davantage

Littérature
Vous trouverez le livre d'accompagnement de l'exposition historique permanente « Le camp de concentration de Buchenwald
1937-1945 », ainsi qu'une sélection commentée d'autres parutions ici.

Vue aérienne du camp de concentration de Buchenwald après la libération, fin avril 1945. Photo : Reconnaissance aérienne américaine. Archives Nationales de Washington

Le camp de concentration de Buchenwald 1937-1945

En juillet 1937, la SS fait déboiser la forêt sur l'Ettersberg près de Weimar et
ériger un nouveau camp de concentration. Le camp doit servir à combattre les adversaires politiques, à persécuter les Juifs, les Sintis et les Roms, à exclure définitivement du « corps national » allemand les « étrangers à la communauté », parmi lesquels figurent les homosexuels, les SDF, les témoins de Jéhovah et ceux qui ont des antécédents judiciaires. Très vite, Buchenwald deviendra synonyme du système des camps de concentration nazis.

Après le début de la guerre seront déportées à Buchenwald des personnes en provenance de toute l'Europe. Dans le camp de concentration sur l'Ettersberg et ses 139 camps extérieurs, près de 280 000 personnes au total sont emprisonnées. La SS les force à travailler pour l'industrie d'armement allemande.

À la fin de la guerre, Buchenwald est le plus grand camp de concentration du Reich allemand. Plus de 56 000 personnes meurent sous la torture, des expériences médicales et d'épuisement. Dans un endroit spécialement aménagé pour les exécutions, plus de
8 000 prisonniers de guerre soviétiques seront abattus. Les combattants de la résistance constituent une organisation clandestine dans le camp, afin de juguler de leur mieux les ravages de la SS. Néanmoins, le « Petit camp » deviendra l'enfer de Buchenwald. Des milliers de prisonniers épuisés mourront encore peu avant la libération.

Lorsque les Américains ont atteint en avril 1945 Buchenwald et ses camps extérieurs, Dwight D. Eisenhower, le commandant en chef des forces armées alliées écrira : « Rien ne m'aura jamais plus bouleversé que cette vue. » >