Contact

Lieu de mémoire Topf & Söhne -
Les constructeurs des fours d'Auschwitz

Annegret Schüle
Sorbenweg 7
99099 Erfurt
Tél. : +49 (0)361 655 1681
topfundsoehne(at)erfurt(dot)de

En savoir davantage

Littérature
Vous pouvez commander la monographie sur l'histoire de l'entreprise ici.

Vous pouvez commander le livre d'accompagnement sur l'exposition permanente ici.

Lien

Site web
Pour accéder aux pages Internet du lieu de mémoire Topf & Söhne cliquez ici.

image

Plaque d’entreprise

de J.A. Topf & Söhne

image

Bureau de la construction

de l’entreprise J.A. Topf & Söhne ; ici, la section technique « construction de Speicherbau » , juin 1940.

image

Peter Hansen

Les fours d’incinération

de Topf & Söhne dans le crématoire du camp de concentration de Buchenwald.

image

Dirk Urban

Ancien bureaux

de l’entreprise J.A. Topf & Söhne ; devant, un groupe d’élèves au cours d’une visite guidée.

image

Kastner/Pichler

Vue de l’ancienne salle de dessin,

où les employés de l’entreprise J.A. Topf & Söhne ont conçu les crématoires destinés au camp de concentration de Buchenwald et au camp d’extermination d’Auschwitz.

image

Kastner/Pichler

Vue de l’exposition

dans les anciens bureaux de l’entreprise J.A. Topf & Söhne.

image

Dirk Urban

Groupe d’élèves

au cours d’une visite guidée à travers l’exposition.

Acquisition des origines, documentation et présentation de l'histoire de l'entreprise « J.A. Topf & Söhne »

Depuis février 2002, le Mémorial de Buchenwald travaille sur un projet de recherche concernant l'histoire de la firme d'Erfurt, J.A. Topf & Söhne. Sur la base de ce projet dirigé par Volkhard Knigge, largement retravaillé par Annegret Schüle, a vu le jour l'exposition itinérante internationale « Techniciens de la ‹ solution finale ›. Topf & Söhne - Les constructeurs des fours d'Auschwitz » de la Fondation des Mémoriaux de Buchenwald et de Mittelbau-Dora, en relation avec le Musée juif de Berlin et le Musée national d'Auschwitz. Sous la direction générale de Volkhard Knigge, elle a été réalisée par Rikola-Gunnar Lüttgenau (commissaire), Annegret Schüle, Friedemann Rincke, Wolfgang Röll et Johanna Wensch. Présentée tout d'abord en juin 2005 au Musée juif de Berlin, l'exposition a circulé jusqu'en octobre 2010 dans cinq villes allemandes et quatre villes européennes. Puis la Fondation des Mémoriaux l'a mise gratuitement à disposition du nouveau lieu de mémoire nouvellement établi sur l'ancien terrain de la firme à Erfurt « Topf & Söhne - Les constructeurs des fours d'Auschwitz ». Remaniée sous la direction d'Annegret Schüle en exposition permanente et augmentée d'une exposition extérieure, on peut dorénavant l'y voir depuis janvier 2011. C'est ainsi que, pour la première fois en Allemagne fédérale, la participation de l'industrie à l'Holocauste est évoquée à l'endroit d'une entreprise concrète et ainsi, au sein de la société.

La recherche sur l'histoire de l'entreprise Topf & Söhne, sa documentation et sa présentation ont reçu le soutien financier du chargé de la culture et des médias du gouvernement fédéral, de l'État libre de Thuringe, de la Fondation culturelle fédérale allemande, du ministère des Affaires étrangères allemand, de la Fondation pour la culture des Caisses d'épargne de Hesse-Thuringe et de la Fondation Hans Böckler.

L'entreprise d'Erfurt, J. A. Topf & Söhne (fondée en 1878, jusqu'à la faillite en 1994 active sous le nom d'EMS : Erfurter Mälzerei- und Speicherbau ; malterie et construction de silos d'Erfurt) est un éminent exemple de la complicité de l'industrie dans l'extermination des Juifs européens. Dès 1939, Topf & Söhne fournissait les camps de concentration de Dachau, Buchenwald et Mauthausen en fours crématoires. De la pratique civile de l'incinération dans les crématoires municipaux n'a été repris que le procédé technique, en la dépossédant de toute tradition culturelle. La direction SS de la construction des camps de concentration réagissait par la construction de fours crématoires au taux de décès élevé parmi les prisonniers, dû à la faim, aux maladies, aux mauvais traitements et aux assassinats. 1941 marque le tournant de l'entreprise Topf & Söhne dans la participation à l'Holocauste, c'est-à dire l'extermination industrielle en masse de vies humaines. En étroite coopération avec la direction SS de la construction d'Auschwitz, Kurt Prüfer, ingénieur en chef du département construction de crématoires chez Topf & Söhne, développa une installation pour Auschwitz-Birkenau avec une capacité d'incinération journalière de 4 416 cadavres en régime permanent. La SS disposait ainsi d'une condition technique essentielle pour faire d'Auschwitz dès 1943 le centre de l'extermination des Juifs européens. L'entreprise se chargea également d'installer le système de ventilation dans les chambres à gaz d'Auschwitz. Les ingénieurs et monteurs de Topf & Söhne se rendirent de nombreuses fois sur place afin de diriger et d'exécuter la construction, ils furent à cette occasion témoins d'assassinats en masse. Certains monteurs passèrent jusqu'à un an dans le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

Le projet de recherche a posé la question suivante : comment a-t-il été possible que les directeurs de l'entreprise, des ingénieurs et des ouvriers mettent apparemment sans peine leur savoir-faire et leur expérience professionnels au service des crimes nazis ? L'histoire de l'entreprise a fait l'objet d'une recherche dans son contexte industriel et local. L'histoire du refoulement et du souvenir, en Allemagne de l'Est comme de l'Ouest après 1945, a été prise en compte dans l'étude scientifique et la documentation.

La complicité de la firme Topf & Söhne n'a été révélée au public que dans les années 1990. En 1993, l'historien britannique Gerald Fleming tomba dans les archives centrales d'État à Moscou sur les protocoles des interrogatoires que les officiers soviétiques menèrent en 1946 dans la zone d'occupation avec les ingénieurs de Topf & Söhne. Dans son livre, Les crématoires d'Auschwitz. La machinerie du meurtre de masse, CNRS Éditions, Paris, 1993, Jean-Claude Pressac démontre la participation de l'entreprise Topf & Söhne à l'Holocauste.

Dans la ville d'Erfurt, un comité de soutien composé de responsables de l'enseignement et de personnes privées s'engage depuis 1999 pour un projet de recherche sur l'entreprise Topf & Söhne et pour que le lieu historique soit partiellement utilisé à des fins de documentation et d'exposition. Une série de conférences organisée par le comité de soutien et compilée est disponible en allemand sous le titre : Firma Topf & Söhne - Hersteller der Öfen für Auschwitz. Ein Fabrikgelände als Erinnerungsort, Aleida Assmann/Frank Hiddemann/Eckhard Schwarzenberger (directeurs de publication), Campus, Frankfurt, 2002.