Galerie transversale, jusqu´à 1944 hébergement pour les détenus. Photo: Claus Bach.

Mittelbau-Dora dans le système concentrationnaire national-socialiste

Mittelbau-Dora incarne le paradigme du travail forcé dans les camps, et figure au sein du système concentrationnaire nazi comme le prototype d'un modèle qu'on ne retrouve pas dans les autres mémoriaux. 60 000 personnes de presque tous les pays d'Europe, avant tout de l'Union soviétique, de Pologne et de France, ont été déportées dans le Harz entre 1943 et 1945 et détenues dans les camps de concentration afin d'y fournir du travail forcé pour l'industrie allemande d'armement. Parmi elles, une sur trois décèdera.

Mittelbau-Dora est aujourd'hui un lieu de Mémoire européen. En l'admettant en 1999 au sein de sa conception des mémoriaux, l'État fédéral a reconnu l'importance particulière du Mémorial concentrationnaire de Mittelbau-Dora autant sur le plan allemand qu'international. Depuis lors, après des décennies de négligence, le Mémorial a fait l'objet d'un réaménagement de fond en comble en rapport avec sa portée. Le noyau de la nouvelle conception fut la construction du musée de Mittelbau-Dora, inauguré en 2005 à l'occasion du 60e anniversaire de la libération du camp, et dans lequel une exposition permanente sur l'histoire du camp est montrée depuis septembre 2006, présentant Mittelbau-Dora comme un cas exemplaire du travail forcé concentrationnaire.